Automatisation de l’entrepôt : où en est-on ? Vers où se dirige-t-on ?

9 min lecture 28 juin 2024

Selon les dernières estimations de LogisticsIQ*, d’ici à 2028, le marché des solutions logistiques automatisées pourrait dépasser les 44 milliards de dollars. Et, au fil des années, l’automatisation des entrepôts intègre de plus en plus de technologies de pointe, pour répondre aux exigences croissantes du secteur logistique, tant en termes d’efficacité que de qualité.

Faites ici le point sur l’état de l’art de ces innovations, découvrez leurs avantages, et les tendances émergentes en la matière.

Quels sont les avantages de l’automatisation de l’entrepôt ?

De l’e-commerce à la grande distribution, tous les secteurs d’activité se dotent de systèmes automatisés pour gérer leur activité logistique.

Si les entreprises se tournent de plus en plus vers ces technologies, c’est pour en tirer les bénéfices suivants :

  • Accélération de la cadence et de la productivité. L’automatisation permet de répondre aux exigences accrues des clients, qui veulent à la fois des livraisons plus rapides et une qualité de service optimale.
  • Diminution des erreurs logistiques. Les machines font moins d’erreur que les humains, (notamment en termes de préparation de commande ou de gestion des stocks), augmentant ainsi la satisfaction client et la rentabilité de l’entreprise.
  • Flexibilisation de l’entrepôt. La technologie aide les logisticiens à faire face aux pics de commandes, et aux variations des flux logistiques.
  • Réduction des coûts humains. Ces technologies permettent de dépasser la problématique liée au recrutement d’opérateurs logistiques, en réduisant les besoins de main-d’œuvre.

Nouveau call-to-action

Quels types d’automatisation d’entrepôt existent aujourd’hui ?

Toutes les étapes de la chaîne logistique sont aujourd’hui impactées par l’arrivée des systèmes automatisés, permettant une optimisation globale de la supply chain. Voici les quelques cas d’usage qu’en font les services logistiques.

Automatisation de la collecte d’information

Il est aujourd’hui possible d’automatiser la récolte d’informations dans l’entrepôt logistique, sans qu’un humain n’ait besoin d’intervenir.

Ces types d’automatisations reposent sur :

  • Le Machine Vision, soit des caméras qui permettent de repérer les comportements et les mouvements, pour retracer par exemple tout le parcours d’un opérateur, et s’assurer du contrôle qualité lors de la préparation de commande.
  • Des capteurs IoT (Internet of Things). Par exemple, un contrôle de colis peut se faire automatiquement sur un convoyeur, avec prise de photo, étiquetage, contrôle pondéral… Ces informations permettent à la fois d’aiguiller le process physique (zone d’anomalie, retour…) et la traçabilité, pour remonter les informations au client ou au service client.
  • Des drones, qui permettent notamment de réaliser un inventaire logistique en scannant tous les produits présents dans la zone d’entreposage.

Automatisation du picking

La phase de picking en entrepôt peut également être automatisée, grâce à :

  • Un système de stockage automatisé pour bacs. Les bacs sont reliés à des convoyeurs, qui acheminent automatiquement les produits vers l’espace de préparation de commandes.
  • Des bras robotisés, qui peuvent aller retirer des produits d’une allée vers une autre, limitant ainsi les déplacements des préparateurs de commande.

Automatisation des flux internes

Grâce à l’automatisation logistique, les entrepôts peuvent également accélérer le déplacement de la marchandise dans l’entrepôt, sans l’intervention d’humains.

Cela peut se faire grâce à :

  • Des convoyeurs pour bacs ou pour palettes, qui transportent les produits d’une zone de l’entrepôt vers une autre
  • Des véhicules à guidage automatique, aussi appelés AGV
  • Des transstockeurs, soit des engins de manutention qui se déplacent automatiquement en longueur et en hauteur dans les allées de stockage
  • Des robots mobiles, 100% autonomes et automatisés
  • Des Pallet Shuttle, soit des systèmes de stockage avec navette motorisée

Automatisation du chargement et du déchargement des véhicules

Il existe des systèmes semi-automatiques permettant de charger et décharger les marchandises des camions depuis les quais de l’entrepôt. Notez que ces systèmes nécessitent toujours une intervention humaine pour être contrôlés finement, même si celle-ci devient très minimale.

Automatisation du conditionnement des produits

Bon nombre d’entrepôts se dotent de machines d’automatisation de la préparation de commandes. Celles-ci viennent limiter la pénibilité des tâches répétitives des opérateurs, et d’augmenter la cadence d’emballage.

Il peut s’agir de :

Automatisation totale de l’entrepôt

Certaines entreprises ont fait le pari de l’automatisation totale de leur entrepôt. C’est ce que l’on appelle les dark warehouses : il s’agit d’espaces où aucun humain ne travaille, et toutes les opérations sont automatisées. On les appelle ainsi, car aucun éclairage n’y est nécessaire – puisque les machines n’ont pas besoin de lumière pour travailler !

Les prérequis pour mettre en place des systèmes automatisés

Intéressé par la mise en place de systèmes automatisés dans votre entrepôt ? Voici les trois prérequis à intégrer à votre projet pour qu’il soit couronné de succès.

Mener une étude de faisabilité

Dans un premier temps, il s’agit de déterminer si votre entrepôt bénéficierait véritablement d’une automatisation de vos processus. Ces technologies demandent un investissement conséquent : vous devez donc vous assurer de les déployer seulement si elles peuvent vous rapporter un véritable ROI, plutôt que par simple tendance.

Déterminez donc quelles opérations logistiques peuvent être automatisées. Il s’agit généralement de celles qui sont répétitives et constantes, et où le risque d’erreurs est très élevé. C’est le besoin réel de votre entrepôt qui doit guider la mise en place de vos systèmes automatisés.

Mettre en place un Warehouse Management System (WMS)

Le déploiement d’un Warehouse Management System (WMS) est essentiel à tout projet d’automatisation d’entrepôt. Ce type de logiciel de gestion d’entrepôt vous permet de suivre vos opérations logistiques en temps réel, et coordonne les différentes installations automatisées. Il doit s’intégrer aux systèmes d’automatisation que vous mettez en place.

Former vos équipes logistiques

Dans la plupart des entrepôts, les machines ne peuvent pas totalement remplacer les humains – et est-ce d’ailleurs seulement souhaitable ? Il est donc nécessaire de former vos équipes à ces processus automatisés, de les sensibiliser à leurs propres rôles vis-à-vis de la technologie, et de mener une véritable conduite du changement tout au long de votre projet.

Quel est l’avenir de l’automatisation en entrepôt ?

La gestion logistique assistée par automatisation devrait continuer à progresser au fil du temps, avec des technologies toujours plus avancées.

L’Intelligence Artificielle pour automatiser les entrepôts

Bon nombre de logiciels logistiques commencent déjà à intégrer l’Intelligence Artificielle, pour aider les logisticiens à gagner encore plus en automatisation.

Comme l’explique Jos DE VUYST, CEO de stow Group, dans notre guide “À quoi ressemblera l’entrepôt du futur ?” :

“Bon nombre de logiciels de robotique aujourd’hui intègrent une couche d’Intelligence Artificielle, basée sur le machine learning. À terme, ces robots vont savoir quelles tâches réaliser, sans même qu’un humain ait besoin de le leur demander. Et on peut imaginer que, si cette technologie va jusqu’à intégrer du deep learning, les robots pourront même devenir 100% autonomes, et faire leurs propres opérations de maintenance.”

La mutualisation des données dans une seule et même plateforme

Deuxième évolution à prédire pour l’avenir de l’automatisation logistique : une plateforme qui unifierait toutes les données liées au chemin de commande d’un produit, depuis son arrivée en stock jusqu’à sa remise dans les mains du client.

C’est ce qu’explique Baudouin DE MARTENE, consultant avant-vente chez Reflex (HARDIS GROUP) :

“Aujourd’hui nous voyons des chaînes logistiques où la data est suivie d’un dépôt à un autre, où cette donnée circule entre différents systèmes informatiques en logistique. Les WMS fonctionnent avec des technologies de mécanisation, d’automatisation, des Transports Management Systems… En bref : plus aucune solution ne fonctionne seule. C’est pourquoi, à terme, la logistique va devoir s’inscrire dans un maillage potentiellement mutualisé entre différents acteurs du secteur. Nous parlons déjà d’Internet physique en logistique : cette image est très parlante. C’est cette mutualisation qui va permettre de répondre aux enjeux de coûts, d’écologie, et de productivité des entrepôts.“

La prédiction logistique au cœur de l’automatisation

Enfin, grâce à l’IoT, aux robots logistiques ou aux systèmes automatisés, le logisticien de demain aura plus que jamais l’opportunité de collecter des données sur sa chaîne logistique. Or, plus il aura des données à sa disposition, plus il pourra prédire des actions (sur ses besoins marketing, sur son stock, sur ses ventes, sur sa production…).

Envie de plonger encore plus dans l’avenir de la logistique ? Téléchargez notre livre blanc sur l’entrepôt du futur, et projetez-vous à l’horizon 2050 dans ce que votre métier deviendra.

* Étude Logistics IQ

Nouveau call-to-action

Nos catégories