3 techniques d’éco-conception d’emballage à envisager | RAJA

6min lecture 28/06/2021

Vous n’avez pas pu y échapper : la vague écologique qui déferle sur la France atteint jusqu’aux services logistiques des entreprises, quelle que soit leur taille. La tendance, pour surfer sur cette vague ? Se lancer dans l’éco-conception de ses emballages.

Seulement, si vous souhaitez mettre en place un conditionnement plus respectueux de la planète, il vous faut prendre en considération une multitude de détails-clés… à commencer par les techniques d’éco-conception que vous souhaitez mettre en œuvre.

Découvrez dans cet article 3 techniques-phares à envisager, potentiellement à combiner, pour faire entrer vos emballages dans le principe de l’économie circulaire.

3 techniques d'éco-conception d'emballage à envisager et à combiner

3 techniques d’éco-conception d’emballage à connaître

Envie d’éco-concevoir votre prochain packaging ou emballage ? Sélectionnez la ou les techniques d’éco-conception suivantes, et réduisez les impacts environnementaux de vos pratiques logistiques !

Technique #1 : Utiliser des matières premières plus vertueuses pour l’environnement

La première stratégie d’éco-conception, et sans doute celle qui vient le plus aisément à l’esprit, est de trouver des alternatives éco-responsables aux matières premières peu vertueuses pour l’environnement.

Par exemple, il vous faut songer à trouver des alternatives à vos emballages plastiques faits à partir de matières plastiques pétro-sourcées, encore très utilisées dans le monde de la logistique.

Dans votre choix de matériaux éco-responsables, vous pouvez notamment vous pencher vers des matières comme…

  • Le carton, recyclé ou fait à partir de matières recyclables, qui s’avère tout aussi robuste que bon nombre d’autres matières d’emballage
  • Les matières recyclées, notamment les plastiques recyclés
  • Les matières biosourcées, c’est-à-dire issues de ressources naturelles renouvelables à l’échelle humaine
  • Les matières recyclables, comme le plastique PET, fait à partir de polymères recyclés
  • Les matières biodégradables, c’est-à-dire qui se dégradent avec le temps dans un milieu naturel ou industriel

Attention ! Quelle que soit la matière que vous choisissez pour l’écoconception de votre emballage, veillez à toujours bien indiquer dessus tous les éléments permettant de prouver son éco-responsabilité. Pensez par exemple à indiquer qu’il est possible de recycler l’emballage, en mettant en avant les consignes de tri, ou bien qu’il est réutilisable.

Technique #2 : Optimiser le poids-volume de l’emballage

L’optimisation du poids volumétrique de votre emballage peut permettre de réduire son impact sur l’environnement. L’idée ? Utiliser moins de matières premières dès sa conception, et lui faire prendre moins de place dans les conteneurs de transport, pour ainsi limiter les émissions en CO2 qu’il génère.

Pour optimiser ce poids-volume, deux options s’offrent à vous :

  • Réduire l’épaisseur de l’emballage. Cette technique a plus ou moins atteint ses limites actuellement, les emballages étant quasiment optimaux en termes de ratio épaisseur / protection. Allez donc voir du côté des dernières innovations en termes d’emballage, assez fins pour réduire leur impact environnemental, mais assez épais pour protéger vos marchandises.
  • Opter pour une nouvelle forme d’emballage. L’idée, derrière cette technique, est de mettre en place une surface extérieure la plus petite possible, à épaisseur constante. Attention : cette technique réduit généralement l’espace de communication sur l’emballage. 

Sachez également que les machines de tri peuvent peiner à reconnaître des formes trop complexes, ou certaines couleurs. Vérifiez donc que votre emballage, malgré sa forme innovante, peut être bien détecté par les filières de tri, si vous souhaitez qu’il passe tous les critères de recyclabilité.

Technique #3 : Travailler la fin de vie de l’emballage

Dernière technique d’éco-conception d’emballage : le fait de prendre en compte la fin de vie de l’emballage dès sa conception. Procéder ainsi, c’est s’assurer que l’emballage passera par les filières de tri, pour être valorisé à la fin de son cycle de vie.

Pour ce faire, voici quelques bonnes pratiques :

  • Connaître le parcours de l’emballage parfaitement, depuis sa collecte jusqu’à sa valorisation : un élément crucial pour comprendre comment concevoir le vôtre. N’hésitez donc pas à faire une analyse du cycle de vie de l’emballage avant de l’intégrer à votre chaîne logistique.
  • Choisir des emballages mono-matières, qui passeront forcément dans les filières de tri. Par exemple, il peut s’agir d’un emballage en carton, auquel vous ajoutez un calage en carton également, et un adhésif en papier kraft.
  • Savoir quel type de valorisation vous souhaitez. L’emballage, une fois recyclé, peut servir à la création d’un autre élément (ce que l’on appelle upcycling ou downcycling), ou bien avoir le même usage (il s’agit alors d’un emballage circulaire).
  • Faire attention aux formes de l’emballage, à l’utilisation de multiples matériaux ou de matériaux multicouches aux densités différentes, aux colles et aux colorants utilisés. Tous ces éléments peuvent empêcher l’emballage de passer dans les machines des centres de tri.

Et parce que ce dernier point est crucial, découvrez les éléments tiers à ne pas négliger pour obtenir des emballages réellement écologiques.

Les éléments tiers : à ne pas oublier pour un vrai emballage éco-conçu !

Un emballage éco-conçu l’est véritablement, de A à Z, non seulement lorsque le contenant limite son impact sur l’environnement, mais également lorsque les éléments tiers de vos colis sont eux aussi éco-responsables.

N’oubliez donc pas de prendre en compte l’éco-responsabilité de…

  • Vos matériaux de calage : pensez, par exemple, au calage papier, ou sous forme de coussins d’air, ou encore aux particules de calage en amidon de maïs.
  • Vos étiquettes, et les colles ou adhésifs utilisés pour les coller : il vous faut choisir une colle soluble, passant dans les filières de tri. Vous pouvez également opter pour de l’adhésif en papier kraft, des étiquettes en papier, voire même l’impression à même l’emballage de vos éléments-clés plutôt que sous forme d’étiquettes.
  • Vos encres d’impression : limitez leur utilisation, et choisissez des encres sans huiles minérales ajoutées, plus éco-responsables.
  • Vos feuillards de cerclage : passez au feuillard écologique en polyester recyclé, plutôt que le traditionnel feuillard en polypropylène.

Mais le succès de l’éco-conception d’un emballage ne réside pas uniquement dans le choix des bonnes techniques à l’œuvre, ou des matériaux vertueux pour l’environnement. Il s’agit d’un projet à part entière, qui demande de prendre en compte vos besoins en termes de logistique, de marketing ou encore de communication.

Envie de découvrir comment eco-concevoir votre emballage de demain ? Téléchargez notre guide complet sur le sujet dès maintenant et créez vos nouveaux emballages en suivant toutes les bonnes pratiques environnementales en la matière.

Nos catégories