<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=179921&amp;fmt=gif">

Emballage | Logistique | Expertise

Quel film étirable choisir pour une palettisation solide et efficace ? | RAJA

    Élément essentiel dans un processus d’emballage, le film étirable permet de solidariser la palette et sa charge. Il se fixe autour de la palette de façon élastique ; résistant contre d’éventuelles déchirures, il permet également de protéger les marchandises contre les intempéries et les salissures.

    Mais quel film étirable choisir pour s’assurer une palette résistante à toute épreuve ?

    Les bonnes questions à se poser en premier lieu lors du choix du film étirable

    Avant d’aborder les différents types de films étirables qui existent, posez-vous ces questions nécessaires

    • Quels types de charges doit-il couvrir ?
    • Ma marchandise est-elle sensible à l’écrasement ? Est-elle susceptible de se déformer, de s’étendre ou de se rétracter ?
    • Quel est le poids de la palette ?
    • Quelle est la forme de la palette : régulière, irrégulière ?
    • Quelle protection visuelle contre le vol/la convoitise ?

    Vos éléments de réponse vont déterminer le choix du film étirable : qualité, résistance, couleur, etc.

    film-etirable-palette.jpg

    Quel film étirable choisir ?

    La couleur du film étirable

    • Le film noir assure une protection UV pendant 6 mois ainsi que la discrétion pour les marchandises emballées.
    • Le film noir/blanc opaque assure une discrétion encore plus optimale. Protéger les palettes d’un film noir opaque permet de réduire la visibilité des produits et de ne pas attirer l’œil sur ce qui est entreposé. C’est très utile pour des produits informatiques coûteux par exemple.
    • Le film transparent : il protège les palettes tout en permettant la visibilité des marchandises.
    • Les films de couleur. Ils sont variés : jaune, rouge, vert…

    La qualité du film étirable : il se décline en trois modèles différents

    Le film étirable Cast tri-couche : d’une grande étirabilité et résistant, ce film est constitué de polyéthylène Cast tri-couche. Il existe également en version pré-étirée tri-couche.

    Le film étirable soufflé : de qualité supérieure, il s’adapte fort bien aux palettes à angle saillant par exemple. Doté d’une grande force mécanique, il est également très résistant aux basses températures ainsi qu’aux manipulations agressives. Son déroulement est silencieux.

    Le film pré-étiré soufflé : résistant, économique et adapté pour une banderoleuse sans système de pré-étirage, ce film est très simple d’utilisation. Déjà pré-étiré dans les deux sens, il permet d’utiliser moins de film pour un recouvrement de surface identique : il réalise jusqu’à 10 palettes de plus par jour qu’un film classique.

    Il se recharge également moins souvent et occupe en moyenne 50 % d’espace de stockage en moins.

    Filmage manuel ou automatique ?

    Le film étirable peut être utlisé manuellement ou automatiquement à l’aide de machines.

    1. Le filmage manuel : on commence à filmer par le bas pour monter jusqu’en haut avant de fermer le film.

    Les risques du filmage manuel 

    Ce travail de filmage manuel est cependant identifié par la Caisse d’assurance maladie comme un des efforts les plus dangereux, générateur d’un grand nombre de TMS en France (troubles musculo-squelettiques).

    « Dans les plus petites entreprises, l’activité de filmage manuel des palettes expose les salariés à des risques de TMS lorsque le salarié filme, dos courbé ou bras tendu, les extrémités de la palette, et des risques de chutes de plain-pied par manque de visibilité ou de hauteur pour les palettes de haute dimension » (l’Assurance Maladie).

    Pour parer à ce problème et si vous n’avez pas de machines automatiques, une aide Filmeuse+ est offerte pour les PME par l’Assurance Maladie. D’un montant de 50 % de l’achat, elle permet d’acheter une ou plusieurs filmeuses à plateau rotatif, à bras tournant ou housseuses automatiques.

    2. Le filmage automatique : il nécessite beaucoup moins d’efforts et peut s’effectuer grâce à différentes machines :

    • La banderoleuse à plateau tournant : automatique ou semi-automatique, ces machines sont adaptées au filmage de palettes de dimensions standards. Elles peuvent couvrir des charges régulières et peu fragiles. Différents modèles sont proposés selon les besoins de l’entreprise : banderoleuse industrielle pour filmer jusqu’à 150 palettes par jour ou des modèles plus petits nécessitant moins d’espace et pour des besoins de palettisation plus modestes ;
    • La banderoleuse à plateau tournant et bras automatique : accroché à un des coins de la palette, le plateau fait tourner le bras qui enroule le film. Il permet une palettisation automatique complète et ne demande plus qu’à couper le nœud du haut une fois l’opération terminée. Ces banderoleuses sont polyvalentes : elles couvrent 100 % des nécessités de filmage (palettes homogènes ou à angles saillants, charges importantes ou non, produits sensibles à l’écrasement…). Automatiques et programmables, elles ne nécessitent quasiment aucune intervention humaine. Cette machine a besoin d’une zone fixe pour effectuer la palettisation : elle peut filmer 20 à 30 palettes par jour.
    • Le robot à banderoler : intuitif, simple d’utilisation et nécessitant peu d’espace, ce robot filme des palettes à partir de 50 kg sans limitation de poids ou de dimensions.
    L'utilité des robots de banderolage

    Pourquoi choisir un robot de banderolage à roulettes ? 

    Les robots à roulettes sont généralement utilisés dans les espaces contigus où la réalisation des palettes n’est pas l’activité principale pour l’expédition des colis.

    Dans ce cas précis, l’envoi des palettes a lieu dans l’après-midi, correspondant à la mise en place d’un atelier et d’un horaire spécifique à la réalisation des palettes. Vous pouvez alors sortir votre robot spécialisé pour cette tâche.

    Le choix du film étirable doit donc respecter un certain nombre de critères selon les caractéristiques de la palette : marchandises de valeur devant être protégées, palettisation manuelle ou automatique, etc.

    Les trois points clés à retenir :

    • Se poser les bonnes questions avant de choisir son film étirable : poids, forme, protection de la palette… ?
    • Choisir son film étirable en fonction d’un filmage manuel ou automatique.
    • Choisir la qualité de son film par rapport aux marchandises et à la palette ainsi qu’à la fonction du film : solidarisation, protection visuelle ?
    Par L'équipe Raja le

    Suivez-nous

    Inscrivez-vous à la newsletter



    Articles récents

    TÉLÉCHARGEZ LE GUIDE DE L'EMBALLAGE

    New Call-to-action