Filmer une palette manuellement : 7 erreurs à éviter | RAJA

Publié le 14.10.19 à 6h30 AM par La rédaction
Temps de lecture : 5 minutes

Filmer une palette constitue une étape essentielle de la palettisation, qui permet d’envoyer vos marchandises de manière sécurisée. Seulement, il peut s’agir d’une tâche complexe pour vos opérateurs, notamment lorsqu’elle est réalisée manuellement.

Découvrez ici 7 mauvaises pratiques à éradiquer dans votre entrepôt logistique, pour des palettes filmées à la perfection, dans des conditions de sécurité optimales.

Les erreurs à éviter absolument pour filmer une palette à la perfection

Erreur #1 : Mal choisir son matériel de palettisation manuelle

Avant même de réfléchir à comment filmer une palette manuellement de manière optimale, avez-vous bien choisi votre matériel ? Il s’agit d’un élément essentiel pour rendre le processus de palettisation moins complexe pour vos opérateurs.

Veillez donc à choisir :

  • Le bon type de palette de manutention. Prenez en compte sa charge maximale, son nombre d’entrées, mais aussi sa taille, qui dépendent toutes du type de marchandises que vous palettisez.
  • Le bon type de cartons. Pensez aux caisses palettisables, qui sont spécialement conçues pour être filmées en palettes.
  • Le bon type de film étirable, réellement adapté pour filmer une palette manuellement. Pour des palettes de taille moyenne avec des angles peu saillants, il est recommandé de choisir un film préétiré soufflé : il permet une palettisation manuelle sans effort pour vos préparateurs de commandes.

New Call-to-action

Erreur #2 : Empiler les produits de manière instable

Voici une erreur des plus communes. Si vos caisses sont instables sur votre palette, celle-ci ne sera elle-même pas stable, et vous risquez d’abîmer les marchandises pendant leur transport.

Commencez donc par empiler les cartons de manière stable, en positionnant les plus petits en bas de la palette. Ne laissez pas d’espace entre les différentes caisses, et positionnez des plaques intercalaires de carton entre elles : c’est là le gage d’une palette réellement stable, qui sera plus simple à filmer et à transporter par la suite.

L’astuce RAJA en plus : Vous pouvez utiliser une caisse-palette, qui permet de respecter les dimensions maximales de la palette, pour éviter aux cartons de déborder sur les côtés. Pensez à mettre en place ce processus, notamment si vous avez beaucoup d’intérimaires dans votre entrepôt, et n’avez pas le temps de les former et d’évaluer la qualité de leurs palettes.

Erreur #3 : Filmer la palette dans le mauvais sens

Votre film étirable possède un sens de dépose spécifique : sa face collante doit être placée contre les caisses de la palette, et sa face lisse vers l’extérieur. Certaines bobines de films ont un sens de dépose dans le sens des aiguilles d’une montre, d’autres se déposent à l’inverse.

Filmer une palette dans le mauvais sens induit des risques à éviter à tout prix. D’une part, le film ne tiendra pas si sa face collante n’est pas positionnée vers les cartons ; d’autre part, votre palette ne sera pas protégée de la poussière et de toute autre condition de stockage pouvant l’abîmer.

Veillez donc à former vos opérateurs à la bonne dépose du film préétirable.

Nouveau call-to-action

Erreur #4 : Emballer la palette de manière non-régulière

Lorsque vous filmez une palette manuellement, il vous faut vous assurer que chaque partie de la palette soit enrobée, filmée, de manière homogène. Il est recommandé d’enrober la palette avec 10 à 20 cm d’épaisseur de film sur chaque bande, pour une protection optimale.

Si vous ne prenez pas soin de le faire, votre palette risque d’être fragilisée aux endroits les moins filmés, plus exposée aux conditions de stockage et aux chocs pendant le transport, et donc abîmer potentiellement vos marchandises.

Erreur #5 : Ne pas protéger la palette contre les conditions climatiques

Vos palettes sont stockées à l’extérieur, ou dans un espace soumis à des conditions environnementales qui peuvent l’abîmer ? Pensez à la protéger !

Le choix de la palette lui-même peut dépendre de ces conditions de stockage : les palettes en plastique sont imperméables, tandis que les palettes moulées sont insensibles aux variations de température.

Mais il vous faut également penser à ajouter des éléments supplémentaires de conditionnement contre les intempéries :

  • Utilisez une coiffe-palette, qui se met au-dessus de la palette, pour la protéger des conditions climatiques.
  • Le film noir opaque permet de mieux protéger de la lumière… et de la tentation de vol, puisque vos marchandises sont dissimulées des regards indiscrets.
Avec ce matériel, vous vous assurez une palette bien protégée contre la poussière ou l’humidité.

Avez-vous bien pensé à filmer une palette de manière sécurisée contre les intempéries ?

Erreur #6 : Ne pas installer la signalisation adéquate dans l’entrepôt

Filmer une palette et la manipuler sont des tâches qui sollicitent particulièrement le corps de vos opérateurs, et ne sont pas sans risques pour leur santé.

Pour assurer une sécurité optimale dans votre entrepôt logistique, prenez donc soin d’afficher la bonne signalisation, qui les aidera à bien filmer et manipuler vos palettes. Incluez-y :

  • Les règles de palettisation optimales, comprenant bonnes pratiques et matériel adéquat.
  • Les charges palettisées maximales pour chaque type de palette utilisée.
  • Les consignes de manipulation : doivent-ils embarquer la palette sur un transpalette ? Sur un chariot élévateur ? Doivent-ils la manipuler manuellement, à l’aide de gants ?

Erreur #7 : Ne pas prendre en compte les risques de TMS

Le filmage et le cerclage des palettes constituent des tâches présentant des risques importants de Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) dans l’entrepôt logistique. Ces processus, mal gérés, peuvent entraîner des soucis au niveau de la coiffe des rotateurs de vos opérateurs, et potentiellement augmenter le taux d’absentéisme.

Comment donc éviter ces TMS lors de la palettisation ?

Si vos opérateurs filment plus de 12 à 15 palettes par jour, il est recommandé de vous doter d’une filmeuse/banderoleuse, totalement automatisée ou semi-automatique, qui sollicitera moins leurs corps.

Ce matériel est certes plus coûteux qu’un dérouleur de film manuel, mais tellement bénéfique pour la qualité de vie au travail et la productivité de votre entrepôt. N’hésitez pas à vous renseigner : des aides sont disponibles pour les entreprises de 1 à 200 salariés qui souhaitent s’équiper de banderoleuses.

New Call-to-action

Abonnez-vous à notre newsletter

La rédaction

La rédaction RAJA est composée d'expert métier, marché et produits. Son 1er objectif est de vous apporter des conseils concrets et pratiques afin de vous faire gagner du temps, vous aider à identifier des solutions répondant à vos problématiques logistique et vous accompagner dans vos démarches d'amélioration.

Laissez nous votre commentaire

Rechercher dans le blog

Articles les plus lus

Suivez-nous sur les réseaux

Inscrivez-vous à notre newsletter